Maternelle 4 ans

En mars 2013, la ministre de l’Éducation du Québec, madame Marie Malavoy, annonçait l’implantation progressive de la maternelle 4 ans à temps plein en milieu défavorisé.

Évolution du dossier

Adopté le 14 juin dernier, le projet de loi no 23 prévoit la création d’une classe de maternelle 4 ans dans chacune des commissions scolaires où l’on trouve des secteurs ayant un rang décile de 9 ou 10 sur l’échelle de défavorisation (les secteurs les plus défavorisés), dès l’automne 2013. 

Dès l’annonce de la ministre, la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE) a procédé à une vaste consultation auprès des enseignantes et enseignants du préscolaire 4 ans et 5 ans. Plus de 700 enseignantes et enseignants ont donné leur avis sur plusieurs facteurs de réussite de la maternelle 4 ans, pour favoriser une intervention préventive efficace auprès d’enfants provenant de milieux défavorisés.

Plusieurs éléments ressortent clairement de cette consultation. D’abord, la majorité des enseignantes et enseignants sont favorables à une telle mesure visant à procurer une nouvelle offre de service auprès des enfants de 4 ans, afin de permettre une plus grande égalité des chances.

Des conditions essentielles

Cependant, certains facteurs de qualité sont manifestement incontournables pour le personnel enseignant. Parmi ceux-ci, la réduction de la taille des groupes (idéalement pour atteindre un maximum de 10 à 12 élèves par groupe), les aménagements physique et matériel adaptés des classes, la présence suffisante de services complémentaires pour répondre aux besoins réels des élèves, la prise en compte de l’expertise enseignante dans l’élaboration d’un programme spécifique au préscolaire 4 ans, de même qu’une entrée progressive qui réponde aux besoins d’adaptation des tout-petits.

La position de la FSE

La FSE et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) sont d’avis que la maternelle 4 ans à temps plein en milieu défavorisé est un réel progrès pour l’éducation des jeunes du Québec. L’implantation de ce service permettra d’intervenir en amont auprès des élèves qui ne fréquentent pas de services éducatifs ou qui pourraient être à risques d’éprouver des difficultés d’apprentissage dans le futur. 

Cependant, nous croyons que certaines conditions sont essentielles pour faire de ce projet un vrai succès. Ces nouvelles maternelles doivent avoir les moyens nécessaires pour atteindre leurs objectifs.

De plus, comme très peu d’études et d’enquêtes portent sur la qualité des maternelles 4 ans au Québec, nous sommes aussi d’avis que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) a tout intérêt à être très prudent dans l’implantation de cette nouvelle mesure, à conserver son caractère progressif, à mettre les ressources nécessaires et surtout à en faire le suivi et l’évaluation régulièrement. L’objectif premier des maternelles pour les enfants de 4 ans issus de milieux défavorisés est d’offrir à tous les enfants du Québec une chance égale de réussir.